mardi 17 novembre 2009

L'écriture et les 5 sens

Quand on lit, on n'use seulement ses yeux, mais idéalement, l'écrivain lui doit être capable de faire utiliser aux lecteurs ses cinq sens à l'aide de descriptions évocatrices.

Le lecteur doit goûter le moelleux et la chaleur du croissant qui sort du four,
La rose tout juste éclose doit laisser échapper un parfum délicat et printanier,
La soie de la robe qui habille la jolie femme doit être douce et légère sur la peau,
Le toucher rapide du pianiste doit produire une cascade de notes mélodieuses et harmonieuses,
Quant à la montagne qu'on peut voir par la fenêtre, elle doit être enneigée et majestueuse au point de couper le souffle.

Bien sûr, il n'est pas évident de rendre avec quelques mots, sons, parfums, musiques, douceurs et rugosités, mais il est du devoir de l'écrivain d'essayer, afin de donner une dimension complète à son texte.

2 commentaires:

Saint SENS a dit…

UNE dimension, non au moins 5!

Michèle a dit…

Tout à fait d'accord!
Quand on respecte cette règle des 5 sens le récit gagne en intensité et en crédibilité
les nuances, parfois inattendues, de la perception donnent davantage de présence au texte.