vendredi 5 février 2010

Mystique






J'ai coupé la terre
En petits morceaux
Sans trêve ni repos
En éclats de verre
J'ai noyé mes mots
Déchiré mes rêves
En petits lambeaux
J'ai brisé la sève,
Coulé dans les flots
Et mon coeur en mer
Blotti sous ma peau
A gouté l'amer
Des larmes du sot.

Cécile

6 commentaires:

Père Fouettard a dit…

HA c'est malin tien!

Daniel Defoe a dit…

Robinson sur son île n'aurait pas mieux dit

Michèle a dit…

Un étrange éclatement qui suggère un moment difficile à vivre

Yannick a dit…

Un poème où la houle des sentiments abreuve la rime et quelque tristesse majestueuse...

Juste une remarque de versification car il me semble que tu as voulu construire ton poème en 5 syllabes, le 3e vers en contient 6 (sans/ trê / ve / ni /re /pos)ce qui marque une rupture à la lecture.

Je trouve que tes poèmes gagnent énormément à être structurés parfois avec une métrique régulière ! Continue, c'est toujours un plaisir !

Cécile a dit…

Mince, j'ai été repérée ! :)
J'ai dû bêtement compter rêve pour une syllabe et pas 2... Ceci dit, à part "tricher" et mettre une apostrophe ("trêv'"), je me vois mal modifier le vers.
"Sans trêve ou repos" sonne moins bien et le mot "trêve" est là pour résonner avec "rêves" et "sève"...

Yannick a dit…

Oui, c'est vrai qu'après je suis d'accord : si tu veux résoudre le problème, il faut changer d'autres choses dans le poème !

Et après on nous dira que c'est simple d'écrire un poème !