lundi 22 décembre 2008

Linéarité


La linéarité casse la douceur et la grandeur de l'instant où mille petites choses se déroulent en même temps.


Pour prendre en compte les multiples commentaires, en ce mardi 23 décembre, voici une version modifiée de la phrase:

La linéarité d'un texte casse la douceur et la grandeur de l'instant où mille petites choses se déroulent en même temps.



8 commentaires:

Michèle a dit…

temps linéaire, temps cyclique, synchronicité...
tant à dire

Anonyme a dit…

la ligne - une succession plane.....

comment peut-elle casser ?

Elle est douceur, et plus que grandeur, infinie...

Anonyme a dit…

MAis dans le temps, effectivement se déroulent milles instants....

Anonyme a dit…

J'opterai plutôt pour :

Dynamique et temporalité

Anonyme a dit…

à l’apparente linéarité du temps
je propose

la NON-linéarité qui émiette les instants et créée mille et un branchements sans fin ...

Anonyme a dit…

n'y aurait-il pas un contre-sens ?
le linéarité est pour moi un alignement et donc un principe de mise en série

Cécile a dit…

La linéarité évoquée est celle à laquelle est contrainte l'écrivain, non celle du temps.

L'instant présent : je mange un pruneau, je tape sur le clavier, mes doigts de pieds se recroquevillent dans mes chaussons, mon dos me fait mal.

Il n'y a pas succession de ces actions, mais simultanéité, or, en les écrivant, en les mettant en quelque sorte en ligne , je casse leur simultanéité.

Antoine Lécrivin a dit…

Alors il faut faire référence:

à l'écriture, au texte, ;)

Sinon c'est vraiement troublant