mardi 6 janvier 2009

1028 après


En ce début d'année nouvelle, aussi neuve que le neuf qu'elle contient, quoi de plus naturel que d'évoquer une idée futuriste?

Le propre des romans de science-fiction, c'est d'être rattrapé. On songera notamment au célèbre 1984 d'Orwell, dépassé depuis longtemps. A partir du moment où l'écrivain donne un chiffre, une date lointaine qui fait rêver, son texte est voué à atteindre la date magique. Et force est de reconnaître que la fiction couchée sur le papier où robots, navettes spatiales, extraterrestres se croisent, est éloignée du monde qui nous entoure. Cela ne casse pas le roman de science-fiction dans la mesure où un monde futuriste, quelque soit le numéro qui lui soit accroché, reste une vision du futur, mais tout de même...

Pour ma part, je me propose de raconter une histoire qui se déroule 1028 ans après. Après quoi ? Après le moment où vous lisez ce mot.

"Appel à l'équipage, tout le monde à son poste ! Allez, réveillez-vous, bande de fainéants !"
Hjer ouvrit les yeux... Ils n'avaient toujours pas trouvé mieux que ce message. Il était quasiment aussi antique que ses réveils aux chiffres rouges qu'on pouvait parfois voir au musée. En ronchonnant, Hjer se leva tandis que le message continuait à passer en boucle. Dès qu'il fut sur ses pieds, Hjer enclencha le système du matin. La douche express s'alluma, la combinaison habilla Hjer, le comprimé du petit déjeuner arriva, et tout fut terminé.



2 commentaires:

Anonyme a dit…

tout fut terminé????

Mais non la journée venait à peine de commencer et ce matin là Hjer....

Michèle a dit…

cool la mise en train du matin!
séchage automatique ou nettoyage par ultra son ?
1028 années après, on se lève toujours en ronchonnant: l'éternel humain quoi!