mercredi 11 février 2009

J'aimerais...


Je voudrais être l'oiseau posé sur la branche. Le tout petit en haut. Le moineau. Celui qui avale le pain avec une avidité étonnante. Voilà ce que pensait une petite fille qui marchait dans une forêt où bruissait la vie. La fine silhouette de la fillette disparut dans l'ombre d'un grand pin. Dans les arbres pépiaient les oiseaux.


J'aimerais devenir un loup, un grand loup sauvage et solitaire. Un qui court sans fatigue et qui ne manque jamais sa proie. Un loup au pelage argenté et aux yeux dorés. Comme ceux qu'on voit dans les livres d'images, songeait un adolescent boutonneux et haut comme une perche qui s'était assis dans une grotte. La nuit était tombée, et on aurait pu croire entendre le hurlement lointain d'un loup.

Je souhaiterais me transformer en arbre. Un arbre élancé et toujours vert. Le pin. Un qui serait situé sur le versant d'une montagne. Un beau pin solide, résistant à toutes les intempéries. Ainsi songeait une vieille femme tout en clopinant aux abords d'une montagne. Les pierres roulaient et les branches crissaient sous ses pas. Les feuilles mortes s'envolaient sur le chemin.

Je désirerais me changer en courant d'air. Être le vent qui passe. Celui qui souffle dans les cheveux, qui soulève les feuilles et qui fait rêver. Ce vent tour à tour puissant et faible. Ce mélange de douceur et de sauvagerie. Ce vent qui caresse les visages et qui gronde derrière le carreau. C'étaient les pensées d'une jeune femme qui, penchée à sa fenêtre, sentait le passage de ce vent délicieux. Et elle rêvait confortablement installée dans un fauteuil.

J'ai envie de vivre dans l'eau. Comme un poisson. Jouer dans la joie et la bonne humeur. Un dauphin comme ceux qui remuent dans les vagues, bondissent et plongent dans la mer. Cette idée tournait dans la tête d'un homme qui longeait un port. Son regard se portait à l'horizon où un soleil couchant apparaissait. Au loin, très loin, on aurait pu croire voir des silhouettes d'animaux jouant.

On aimerait tous être quelqu'un ou quelque chose d'autre à un moment de notre vie. Mais il n'y a jamais personne pour réaliser ses voeux qui semblent encore impossibles à l'homme. Pas un seul scientifique peut promettre à l'homme de se changer en feu, de devenir un lion, ou un lapin. Il y a bien des illusions crées par les magiciens, et les rêves des illuminés, mais rien de réel. Vers qui se tourner pour réaliser ces rêves un peu fous ? Les génies ? Ils ne sont que dans les lampes. Le Diable ? Son prix est trop élevé. Les fées ? Oui, vers les fées. Ce sont des petites créatures charmantes et magiques.

2 commentaires:

Rêve a dit…

Mais on peut faire et être tout cela en imagination et cela suffit bien...

La vraie vie et encore plus passionante et passionée!

Michèle a dit…

je crois bien avoir été déjà un cerf et un arbre et une source dans une autre vie ou peut-être même en rêve dans celle-ci