mardi 24 mars 2009

Il était une fois - Episode 33


Ornella avec un frisson de dégoût se mit à bafouiller une formule, mais il n'y eut pas de réaction. Elle respira profondément et énonça plus clairement les mots magiques. L'araignée se statufia et ne bougea plus.

– Dépêchez-vous de passer par dessus l'araignée, son immobilité n'est que très provisoire, expliqua la sorcière.
Tous se précipitèrent et, grimpant sur le dos de l'araignée, ils passèrent de l'autre côté rapidement. Kinglion eut un moment d'hésitation, car Spiolys était en train de discuter âprement avec les fantômes. Quand l'araignée frémit, il arrêta de tergiverser et suivit ses compagnons. Spiolys les rejoindrait. Ils montèrent les marches avec une vitesse dont ils ne seraient pas crus capables. Derrière eux, ils entendaient les bruissements des pattes de l'araignée sur la pierre. Haletants, ils s'engouffrèrent dans un autre couloir, fermant à clé toutes les portes qu'ils croisaient.
– Nous sommes arrivés à la pièce qui contient la boîte, annonça Itnaï.
– J'aimerais bien qu'on m'explique pourquoi nous avons eu si peur, dit Piscis.
– Facile, cette araignée géante envoie des ondes d'angoisses à ces attaquants. Je ne m'en suis pas rendu compte toute de suite tellement j’avais peur, expliqua Vérité qui, comme nous le savons, sent les flux magiques.
– Au fait, je retiens celui qui m'a dit que la petite bête ne mangeait pas la grosse, ajouta-t-il.
– Bon, ce problème étant réglé, comment récupérons nous la boîte ? demanda Louve.
– N'attendons-nous pas Spiolys ? interrogea Kinglion, inquiet pour sa dulcinée.
– Elle va arriver d'un instant à l'autre, et son absence ne nous empêche pas de réfléchir à la façon d'entrer, répondit Yvi.
– Enfonçons la porte, proposa le chevalier.
– Voyons, le mal a sûrement prévu des pièges, cela ne peut être si simple, protesta Pierrot.
– Il n'est pas trop compliqué de savoir s'il y a un piège magique, demandons à Vérité, déclara Ornella.
– Je ne sens rien, cette porte et ses environs ne recèle aucun flux magiques, mais il peut très bien avoir un piège mécanique, conclut le troll.
– Est-ce nos précédentes mésaventures qui vous rendent si prudents ? questionna le chevalier.
– Disons que si cela se trouve, nous allons enclencher encore une série d'ennuis et qu'on en assez sans vouloir en rajouter, répondit Piscis.
– Et si nous organisions un nouveau vote ? suggéra Yvi.
– On va perdre du temps, contra le chevalier et prenant du recul, il fonça dans la porte. Celle-ci s'ébranla légèrement, mais ne tomba pas. Aucune catastrophe ne se produisit.
– Enfin, es-tu fou ? Nous devons prendre les décisions ensemble ! s'exclama Yvi.
– Quelle décision ? interrogea Spiolys qui venait d'arriver.
– La façon d'entrer dans la pièce, répondit Kinglion.
– Alors, que s'est-il passé avec les fantômes ? demanda Louve.
– Pas grand chose. Ils étaient furieux d'avoir été réveillés, mais je les ai calmé et j'ai même réussi à leur extorquer à quelques informations. Ainsi, le château ne serait pas une création du mal, mais il appartiendrait à un ancien enchanteur qui voulait à tout prix qu'on le laisse tranquille, aussi avait-il rempli son château de pièges tels que l'araignée. Le mal s'est contenté de se l'approprier et d'y installer la boîte à la place d'un parchemin précieux que gardait l'enchanteur. D'après les fantômes, ce parchemin serait un sort très rare, je n'en sais pas plus.
– Spiolys, ne pourrais-tu pas errer dans le coin pour voir s'il y a un piège quelconque qui se déclencherait si nous parvenions à ouvrir cette porte ? interrogea Yvi.
– Pas de problème, répondit Spiolys en traversant la porte.
Les autres attendirent patiemment qu'elle réapparaisse.
– Alors ? questionna Louve en voyait un bout de blanc qui dépassait de la porte.
– Quand la porte s'ouvrira, des flèches seront lancées, mais elles ne vous atteindront pas si vous vous mettez au sol, expliqua Spiolys.
– C'est tout ? s'étonna Yvi.
– Oui, acquiesça Spiolys.
– Bien, je termine d'enfoncer la porte. Couchez-vous au sol, ordonna Vérité.
Ils s'exécutèrent. Le troll fonça violemment dans la porte qui s'écrasa bruyamment sur le sol. Il tomba avec elle, juste à temps pour éviter la volée de flèches. Ils allaient se relever quand une nouvelle série de flèches siffla au-dessus d'eux. Méfiants désormais, ils attendirent un moment avant de se redresser. Heureusement qu'ils patientèrent, car d'autres flèches passèrent.
Enfin ils purent entrer dans la pièce. Au beau milieu de celle-ci se trouvait enfermée sous une cloche en verre la boîte violette ornée de taches dorées, elle semblait rayonner. Ils s'approchèrent de la cloche, se demandant vraiment s'ils ne leur suffisaient plus que d'un geste pour la récupérer. Au fond eux, cet espoir brillait, mais quelque part le doute brûlait. Un instant ils regardèrent la cloche et la boîte sans oser y toucher. Tout était calme, il n'y avait rien, ni monstre ni bruits. Sans rompre ce tranquille silence, Vérité posa sa main sur la cloche et allait à la soulever quand un démon rouge se matérialisa. Tous le reconnurent, c'était le même démon rouge qui leur avait proposé de venir visiter le château. Apparemment il venait de se rappeler qu'il devait jouer le guide.


1 commentaire:

Michèle a dit…

lente progression mais l'affaire prend tournure!