mercredi 25 mars 2009

Il était une fois - Episode 34


– Surprise ! s'exclama le démon.
– La dernière fois que tu avais dit ça tu avais disparu, tu ne voudrais pas recommencer histoire que tes actes et tes propos soient en accord, déclara Libellule d'un ton comique
– Tiens, mais c'est le plaisanlutin ! Figurez-vous messieurs et mesdemoiselles que vous devez répondre chacun à votre tour à des devinettes ou à des énigmes pour avoir le droit de prendre ce charmant objet. expliqua le démon en ricanant.
– Et pourquoi accepterions-nous ce marché ? demanda Louve.
– Pour récupérer la boîte, répondit la créature démoniaque.
– Nous pourrions sûrement la récupérer sans nous plier à ces contraignantes conditions, contra Vérité.
– Il vous faut passer par nos règles et non par les vôtres, protesta le démon.
– Je trouve curieux que le mal veuille nous faire récupérer cette boîte, déclara Kinglion.
– A mon avis, il le fait par jeu, il se croit fort et trouve sûrement plaisant de nous manipuler à sa guise. Un autre détail... Nous aurons la boîte, mais pas la façon de l'obliger à y retourner, expliqua obligeamment Yvi.
– La sagesse a parlé, annonça le démon ironiquement.
– Yvi, nous saurons comment le faire entrer dedans, c'est écrit dans la prophétie d'après les bribes que les oracles ont pu comprendre. Il va falloir que j'étudie le passage sérieusement, dit Pierrot.
– Bonne nouvelle ! s'exclama Piscis.
– Eh ! Je veux qu'on m'écoute, cria le démon furieux que les douze mois parlent comme s'il n'était pas là.
– Nous ne faisons que ça, affirma Ornella avec aplomb.
– Bien, alors pour n'oublier personne, je vais procéder méthodiquement et poser les questions à chacun d'entre vous, en suivant l'ordre donné par les mois. Les règles sont simples : je pose la question, la personne interrogée a le droit à trois essais de réponses dans un temps limité à deux minutes très précisément. Si vous échouez, vous gagnez le droit d'aller dire bonjour à l'araignée que vous avez lâchement abandonnée au détour d'un couloir. La personne interrogée ne peut pas être aidée d'aucune manière, expliqua le démon.
– Si j'ai bien compris, c'est mon tour, dit Vérité.
– Exact. Plus un bruit maintenant, je ne veux entendre que le troll.
Un silence pesant s'abattit sur la pièce, ils s'immobilisèrent tous et bientôt qu'ils n'entendirent plus que les battements de leurs cœurs.
– Qui a vécu dans deux endroits et qui n'a fait battre qu'une chose ? demanda le démon entre deux ricanements.
– Ornella la sorcière, répondit de suite Vérité.
– Je désire une justification de la réponse, grommela le démon ennuyé que le troll ait si vite trouvé.
– Ornella a vécu chez ses parents, puis au château du bon roi Pouly, et elle n'a fait battre qu'une chose : mon cœur, déclara Vérité.
– C'est bon. Suivant ! s'exclama la créature démoniaque en grinçant des dents.
La sorcière s'avança et regarda les yeux de braises du démon comme si elle cherchait d'avance à découvrir la réponse qui couvait sous ce crâne.
– Mon premier est la première syllabe de ce qui fait monter le pain,
Mon deuxième permet de faire un jeu de mot avec drôle,
Mon troisième est un mot d'union,
Mon quatrième est une couleur,
Mon cinquième est un cri de peur féminin ou un rire,
Mon sixième est la première lettre d'un mot définissant chaud et froid,
Mon septième est le bâton du sourcier,
Mon huitième est un C suivi de l'existence conjuguée,
Mon dernier est un synonyme d'identique,
Et mon tout forme une phrase.
– Et je n'ai que deux minutes ? demanda Ornella.
– Oui, et d'ailleurs le temps tourne : tic tac... se moqua l'affreuse créature.
– Levain soit Le... commença la sorcière.
– Tic, tac, tic, tac...


2 commentaires:

Michèle a dit…

la solution! vite!

Le Questionneur des lilas a dit…

et en plus - ya du suspense, où va-t-on?