mercredi 5 novembre 2008

Le feu d'artifice


Une pelouse pleine de monde, un tapis mouvant de corps et de têtes tournées vers le ciel. Les premiers feux éclatent dans le ciel, ils m'éblouissent et le bruit qu'ils font me surprend. Je me ratatine sur moi-même et met ma main ouverte en éventail devant mon visage tel un écran protecteur. D'autres fleurs explosent et peu à peu mes yeux et mes oreilles s'habituent. Bientôt, il n'y a plus que le ciel et moi. Des gerbes colorées jaillissent les unes après les autres et s'éteignent laissant derrière elles des nuages de fumées qui ont tôt fait de disparaître. Ces spectres gris des fleurs brillantes se fanent en effet aussi vite que leurs génitrices. Parfois, au moment où la fleur ouvre ses pétales en coeur apparaît un petit nuage gris semblable à une petite lune. Des applaudissements crépitent suivant la splendeur des bouquets, mais je ne m'y joins pas, il n'y a que le ciel et moi. Parfois, on dirait que ces feux scintillants, ces lucioles qui s'éteignent dans la nuit vont nous tomber dessus, mais ils n'achèvent jamais leur mouvement de descente. Il pleut de la lumière, mais elle ne vient jamais se poser sur nos vêtements. Mystérieux artifice ou magie des fées, ces feux sont un rêve qui passe dans le ciel.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Vivent les ciels d'été...

Michèle a dit…

suis-je le regard ou la fleur de feu qui s'épanouit dans le ciel?
j'ai partagé avec toi cette émotion

Anonyme a dit…

Tout feu tout flammes